Actu France

Actualités et Infos en France et dans le monde

adimage
img
Home / ACTUALITÉ / L’Inde s’apprête à jouer les « Big Brother »

L’Inde s’apprête à jouer les « Big Brother »

/
/
/
10 Views

L’opérateur Jio est détenu par Mukesh Ambani, la première fortune indienne.

Le gouvernement indien a autant d’imagination que George Orwell. Sauf qu’il ne s’en sert pas pour écrire des fictions, mais pour concevoir un logiciel de surveillance, un vrai. Comme vient de le révéler l’agence Bloomberg, il a publié en avril un appel d’offres, auquel a eu accès Le Monde, pour l’acquisition d’un programme capable de surveiller et d’influencer les opinions sur Internet et les médias sociaux. Sa mission : « inculquer le sentiment nationaliste aux masses », mais aussi « neutraliser, contrer ou anticiper [les] blitzkrieg médiatiques des adversaires de l’Inde » et améliorer la réputation du pays dans le monde entier. Le logiciel sera polyglotte, capable de comprendre plusieurs langues régionales du pays, mais aussi l’anglais, le français, l’allemand, et le mandarin.

« La surveillance des opinions sur les médias sociaux »

Tel un aspirateur, il captera d’abord les « conversations » du Web, sur les réseaux sociaux, forums et sites d’actualité, et les stockera sur un « centre de données privé ». Puis il les triera, les catégorisera en informations « positives », « neutres » ou « négatives ». L’appel d’offres appelle cela « la surveillance des opinions sur les médias sociaux ». Il identifiera aussi les « influenceurs » d’opinion en fonction de leur audience et de leur activité. Un traitement particulier leur sera réservé. Ils seront scrutés en permanence à « 360 degrés », où qu’ils soient sur Internet, et leurs conversations, leurs comportements, seront archivés.

Lire aussi :   Kaspersky dévoile l’existence de Skygofree, un logiciel espion visant des appareils Android

Un problème se pose cependant : comment traiter toutes ces données ? Le gouvernement indien pense que ce sera possible en utilisant un outil de traitement automatique du langage, qui mêle la linguistique, l’informatique et l’intelligence artificielle, et sera capable de ranger les données en « opinions » ou en « sentiments ». Il s’appuiera aussi sur de l’intelligence humaine, avec un centre de commandement où près d’une vingtaine d’employés surveilleront le numérique, si possible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. S’ajouteront 716 agents pour couvrir chacun des districts du pays.

L’appli NaMo téléchargée 5 millions de fois

Le gouvernement veut recevoir six comptes rendus chaque jour pour l’informer, presque en temps réel, de l’humeur et des pensées des « citoyens du numérique ». En cas de crise, l’outil doit déclencher une procédure de « récupération de la publicité négative » et « activer » des influenceurs, chargés de contrer la vague. Mais le gouvernement ne fera pas que réagir. L’outil lui permettra d’anticiper les mouvements d’opinion, en étudiant, par exemple, quels effets ont généré les articles ou les « unes » de médias comme le New York Times ou The Economist, et quels sont leurs canaux d’influence.

Le gouvernement dispose déjà d’une petite expérience en matière de surveillance. L’application smartphone NaMo, un diminutif pour Narendra Modi, le premier ministre indien, permet de recevoir directement des messages et des e-mails envoyés par ses équipes, des suggestions de bonnes actions et des récompenses sous forme d’insignes. Cette application est même pré-installée sur les smartphones vendus par l’opérateur Jio, détenu par Mukesh Ambani, la première fortune indienne.

L’application smartphone NaMo, un diminutif pour Narendra Modi, le premier ministre indien, permet de recevoir des messages et des e-mails envoyés par ses équipes.

Mais des journalistes du quotidien The Indian Express ont découvert qu’elle peut récupérer les données des utilisateurs comme leurs photos, leurs vidéos, leurs contacts, leur localisation, et qu’elle est même en mesure de démarrer des enregistrements audio à distance. Un chercheur français en cybersécurité – qui se cache sur Twitter sous le pseudonyme Elliot Alderson, d’après le personnage de hacker de la série Mr Robot –, a révélé que cette application, téléchargée plus de 5 millions de fois sur Google Playstore, transmet les données personnelles des utilisateurs à l’entreprise CleverTap, basée aux Etats-Unis.

Lire aussi :   Les Etats contre Internet : six cartes et graphiques pour comprendre

adimage

En mai 2018, le gouvernement a reconnu avoir dépensé près de 550 millions d’euros en quatre ans pour la promotion du premier ministre Narendra Modi, ce qui fait tout de même beaucoup pour un seul homme. Et ce budget ne comprend pas toutes les publicités payées par les grandes entreprises du pays en hommage au premier ministre. Narendra Modi faisait déjà partie du quotidien des Indiens, grâce à son portrait affiché dans les stations-service, les gares, les aéroports et les journaux du pays. Désormais, il veille sur eux, et de très près.

adimage
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Linkedin
  • Pinterest

Vestibulum nec placerat orci. Mauris vehicula

Vestibulum nec placerat orci. Mauris vehicula,Vestibulum nec placerat orci. Mauris vehicula

adimage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

adimage
adimage