Actu France

Actualités et Infos en France et dans le monde

adimage
img
Home / ACTUALITÉ / Lubaina Himida, 63 ans, peintre, noire et (enfin) distinguée

Lubaina Himida, 63 ans, peintre, noire et (enfin) distinguée

/
/
/
41 Views
adimage

Lubaina Himid début avril, lors de l’installation à Sérignan de « Naming the Money » (2004).

Recevoir le Prix Turner, la plus prestigieuse récompense de l’art britannique, en décembre 2017, n’a pas changé Lubaina Himid. L’artiste de 63 ans, exposée depuis le 7 avril au Musée régional d’art contemporain à Sérignan, dans l’Hérault, a beau être passée, grâce au prix, de l’ombre à la lumière, elle demeure très placide. C’est que, pendant près de trente ans, c’est-à-dire assez longtemps pour se décourager, elle a cumulé les handicaps pour un monde de l’art assez rétrograde : femme, noire et militante.

Pour corser le tout, elle vit à deux heures du cœur de Londres, c’est-à-dire nulle part. « Aujourd’hui, avec les mêmes données, je coche toutes les bonnes cases », ironise-t-elle. Ses peintures colorées et faussement naïves suscitent actuellement un engouement, et sa façon d’interpeller l’histoire de l’esclavage ou de la colonisation, avec des fresques ou des objets du quotidien transformés, trouve un écho aux questionnements du moment. Mais il serait faux de réduire son art, et surtout son succès actuel, à un quelconque esprit politiquement correct.

Pour l’artiste, la peinture « permet d’engager une conversation. Ce n’est pas ésotérique, c’est clair, ça n’essaie pas de jouer au plus malin avec les gens ».

Née à Zanzibar d’un père comorien et d’une mère britannique, Lubaina Himid arrive en Angleterre à l’âge de 4 mois. S’exprimerait-elle au nom d’une quelconque africanité ? « Je ne vis pas dans le fantasme de l’Afrique, réplique-t-elle. Je suis britannique. Mon but, ce n’est pas d’être encore plus exotique, de représenter “l’autre”, mais d’être simplement banale. » Depuis ses tout premiers pas dans l’art en 1981 jusqu’aux expositions de ses pairs qu’elle a organisées, elle a un objectif en tête : permettre aux artistes noirs d’avoir voix au chapitre. A l’époque, sa communauté est absente des médias comme des films « sauf dans les dix premières minutes avant qu’ils ne soient tués », raille-t-elle. Pour son…

adimage
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Linkedin
  • Pinterest

Vestibulum nec placerat orci. Mauris vehicula

Vestibulum nec placerat orci. Mauris vehicula,Vestibulum nec placerat orci. Mauris vehicula

adimage
adimage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

adimage